Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 15:09

Voici quelques unes des peaux qui ont été mégies ou tannées ( ou tentées d'être tannées ! ) durant l'été 2007.
Nous avons pu nous procurer des peaux auprès de fermiers et de chasseurs. L'association pratique des expérimentations de tannage traditionnel uniquement sur des peaux d'animaux issus de notre alimentation. Nous sommes contre le fait de tuer un animal uniquement pour sa fourrure.

Peaux de chèvres :

Diverses peaux côté poil après écharnage, tannage et finitions.

   peau-chevre-marron-tannage-298.JPG    peau-chevre-blanche-tannage-297.JPG  peau-chevre-raie-tannage-296.JPG 

Ces peaux ont bien gardé leurs poils et sont bien résistantes. La souplesse n'est pas tout à fait  parfaite cependant.

Du côté chair, la peau est unie et bien blanche, quelque peu pelucheuse par endroits. ( ponçage à poursuivre pour obtenir un meilleur résultat )

  peau-chevre-tannage-dessous-299.JPG


Une peau a été tannée à l'écorce de chataignier apès avoir été débourrée (on a enlevé les poils, partiellement...)

La couleur est moins unie car il aurait fallu pouvoir la retourner toutes les heures dans le bain où elle a séjourné pendant quasiment un mois et demi !

  peau-chevre-tannage-293.JPG    peau-chevre-tannage-294.JPG
Côté chair, le cuir est correct...                                                    Côté fleur, la couleur est moins unie.


Peaux de lapin :


  peau-lapin-blanche-tannage-297.JPG  

Les peaux de lapin sont les mieux réussies, la peau est souple, le poil est très agréable au toucher, et il ne reste aucune odeur résiduelle.

  peau-lapin-gris-tannage-295.JPG
    Peau de lapin sur un cadre rond.


Il reste à finir deux peaux de mouton tannée à l'écorce de chêne, mais l'odeur du bain n'est pas très propice à imaginer que le tannage s'est déroulé correctement...

a voir...
Repost 0
Published by Stéphane Bois et Anne Deré - dans Tannage du cuir
commenter cet article
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 18:07


Cette catégorie regroupe nos diverses expérimentations de tannage :

paladru-tannage-486-resize.JPG   paladru-tannage-477-resize.JPG   paladru-tannage-483-resize.JPG

Une peau de sanglier... Il reste beaucoup de déchets accrochés à la peau (graisse et reste de viande), il faut donc gratter tout ça !  (pas facile, surtout sans couper les racines des poils ) Ici, faute de couteau à écharner, nous avons utilisé un couteau à pied (ou demi-lune) de sellier.

Ensuite, on sale la peau raclée afin que l'eau sorte et que la peau ne pourrisse pas, la peau est enroulée et mise à égouter sur un plan incliné. Une fois la peau sèchée, on peut la conserver en attendant..

paladru-tannage-487-resize-copie-1.JPG

Elle devra ensuite être tannée sinon, même séchée, elle restera putrescible.



Expérimentation été 2007


Echarnage de peau de lapin : si on trouve "l'ouverture facile" c'est facile ! ! :-)

anim-charavines-2007-087.JPG anim-charavines-2007-088.JPG


La peau de lapin est très fine et délicate, sur les conseils d'un tanneur professionnel, nous n'avons pas utilisé de couteau et avons tout fait avec les doigts (merci Marine !). La couche de l'hypoderme se détache en une seule fois avec un peu de pratique. Reste le derme avec sa fourrure qui seront plongé dans un bain d'eau tiède où l'on ajoute un peu de sel, de l'alun, des oeufs et de la farine.

La peau de lapin est très facile à traiter de cette façon, on peut dire qu'elle est "mégie" et non pas tannée car aucun tannin végétal n'a été utilisé.

Après 4 jours de trempette, les peaux sont tendues sur cadre et rangées dans un endroit frais en été, pour ne pas que l'eau s'évapore trop vite et que le collagène de la peau ne souffre de la température.

L'opération la plus délicate est bien la mise en tension sur un cadre, la fine peau se déchire facilement, il est indispensable de tendre progressivement et sans forcer. Il faut utiliser une cordelette assez grosse pour ne pas fendre la peau lors de la tension. Ici pour ne pas tacher le cuir lors du perçage, nous avons fabriqué une pointe en os bien utile...

 

grattage-peau-172.JPGgrattage-peau-171.JPGgrattage-peau-170.JPG

 

Peaux de chevreaux :

Echarnage et ébourrage des poils pour obtenir par la suite du cuir et non de la fourrure.

peau-chevre-99-resize7.JPG anim-charavines-2007-107.JPG
Même opération pour les chevreaux, la peau est écharnée avec un couteau de sellier (à gauche) et ébourrée à l'aide d'un couteau spécialement fait pour ça ( merci Seb !). A droite, la peau à été préalablement mise à tremper dans un bain de cendres (pH 14), nous ne l'y avons pas laissé assez longtemps car les poils s'épilent difficilement, une bonne semaine eut été préférable.

Après un bon rinçage, les peaux sont pickelées dans un bain de son fermenté (pH 5), cette opération servirait à faire descendre le "pH" de la peau et la prépare à recevoir la "pate à crèpes" comme pour les peaux de lapin ci-dessus.

Toutefois une fermentation contrôlée permet de faire tomber les poils sans utiliser de bases (cendre, chaux), il rendrait le cuir plus souple mais cette opération nécéssite plus d'expérience.

Ces images sont peu apétissantes mais il ne se dégage aucune odeur malsaine de ces traitements.

On tend ensuite les peaux sur des cadres.
   
Elles sont mises à sécher à l'ombre, et on gratte avec un silex tranchant pour finir d'enlever les morceaux de peaux résiduels et commencer à l'assouplir.

grattage-peau-174.JPG  grattage-peau-175.JPG

Pour finir, un petit coup de pierre ponce, pour lisser la surface du cuir.

grattage-peau-193.JPG grattage-peau-192.JPG grattage-peau-191.JPG
Détail de l'aspect de la peau côté chair après la finition.

Les peaux ci-dessus ont été tannées rapidement à l'aide d'un mélange assez étrange : dans de l'eau on ajoute de l'alun, de la farine et des oeufs et une pincée de sel; puis on laisse tremper les peaux 2 à 5 jours dans ce mélange. Elle sont ensuite assouplies sur une lame à tanner ou sur la tranche d'une planche en bois.



Recette de mégie :
 


> Écharner la peau comme montré ci-dessus, il y a un petit coup de main à prendre. Dans les 48 h après l'abattage.
Si la peau est sèche / salée, il faut la rincer 24 heures dans l'eau de pluie ou dans la rivière (si pas de sel !!). Mais le mieux est de procéder sur une peau fraiche.

> Préparation de la peau (pickelage) : 10 l d'eau et 10 poignées de borax (12h) puis rinçage
ou étaler sur les peaux du son fermenté. (cela ouvre les pores et prépare à l'opération suivante) ou de l'eau légèrement vinaigrée.

> Dans 10 L d'eau tiède (25 °) 500 g d'alun, 500 g de sel, 6 jaunes d'oeuf, 3 poignées de farine blanche, il faut bien dissoudre l'alun.
Dans 10 L, nous avons fait 5 petites peaux de lapin

> Touiller et immerger les peaux 24 à 48 h, jusqu'à 72 h, examiner souvent la peau se gonfle légèrement et change d'aspect et de texture. (garder la mixture dans un endroit tiède)

> Puis rincer 10 mn les peaux dans un 10 l d'eau tiède ajouté de 100 g de bicarbonate de soude.

> Égoutter sur cadres ou perches (ne pas exposer au soleil), puis palissonner avant séchage complet (frotter la peau coté chair sur l'arête d'une planche ou d'une lame en métal pour l'assouplir) : opération longue.
 Au besoin poncer la peau au papier de verre gros pour amincir la peau.


Essayez de travailler la peau avant qu'elle soit complètement sèche et ne pas sécher trop brusquement la peau.

> Voila ! Nous vous souhaitons une bonne mégie et n'hésitez pas à nous faire part de vos expériences.


Nous observerons comment les peaux se conservent dans le temps, si l'humidité a une action néfaste car le traitement à l'alun serait réversible.

Le "tannage" à l'alun ou plutôt le mégissage est une technique très ancienne, les Hittites utilisaient déjà cette substance (environ 5000 ans), c'est un sel natif double d'aluminium et de potassium.

Aussi étrange que cela puisse paraitre, le "tannage" à l'alun n'existe pratiquement plus de nos jours, (sauf chez certains artisans tanneurs), le rôle de l'alun n'est clairement pas expliqué de nos jours, bien que effectivement ça marche, pourquoi ça marche on ne sait pas....



Il existe d' autres modes de tannages, nous les avons brièvement exposés dans l'article dans le blog astelier du cuir.

 

De nos jours, le tannage des peaux se fait à 90 % aux sels de chrome (qui est produit très toxique !).
Dans notre pays des lois draconiennes empèchent aux tanneries de rejeter des produits chimiques directement dans la nature, mais ce n'est pas le cas partout.

En Inde, ou pire, au Bengladesh, c'est un vrai désatre...Dans un reportage sur Arte, j'ai vu des ouvriers de tanneries immergés dans un bain de chrome à touiller les peaux, sans aucune protection. Les résidus sont ensuite déversés directement dans la rue.

Malgré le fait d'être très allergène et cancérogène, le chrome (3 ou 6) est largement utilisé dans les industries modernes de part le monde. Le cuir "chromé" est "résistant et pas cher", c'est un énorme désastre écologique et humain.

Dans notre association, tous les cuirs utilisés pour nos fabrications proviennent de France ou d'Italie et sont tannés à l'aide de matières végétales.

 

Repost 0
Published by Stéphane Bois et Anne Deré - dans Tannage du cuir
commenter cet article

Présentation

  • : ORCHIS : Organisation de recherche culturelle historique et d'information scientifique
  • ORCHIS : Organisation de recherche culturelle historique et d'information scientifique
  • : Présente les activités de recherche et de reconstitution de l'association ORCHIS. Travail du cuir, coutures du cuir au moyen age, tannage expérimental ; forge, travail du metal ; production de feu avec un briquet à friction, un briquet medieval à silex, briquet forgé, briquets à amadou...
  • Contact