Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 17:12
Repost 0
Published by Stéphane Bois et Anne Deré - dans Travail du cuir et techniques
commenter cet article
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:32


Jusqu'au milieu du 19ème siècle, le cuir se cousait exclusivement à la main. L'expérience de l'homme en ce domaine est déjà longue car la première aiguille en os, trouvée lors d'une fouille archéologique, date de 20 000 ans avant J.C, elle était probablement destinée à coudre la peau de bête.

Comme pour le tissu, il existe différents points de couture afin d'assembler plusieurs morceaux de cuir.

Le plus solide est le point sellier, c'est cette couture qui est utilisée principalement pour le travail du cuir artisanal.

Pour faire une couture selon le point sellier, il faut un seul fil et deux aiguilles qui seront montées sur chaque extrémités. Les trous sont fait au fur et à mesure à l'aide d'une alêne.

Il est difficile de concevoir une machine qui reproduit les gestes de l'artisan qui coud avec ce point. Dans ce cas, le fil passe alternativement en dessus puis en dessous des pièces de cuir à assembler. En effet, cela nécessite de lâcher l'aiguille puis de la reprendre de l'autre côté avec l'autre main pour serrer le point et ceci n'est pas automatisable facilement.


  schema-couture-sellier


Sur le schéma ci-dessus, la couture du cuir au point sellier : les deux extrémités du fil sont en couleurs différentes mais il s'agit d'un seul et unique fil.

Très solide, si un point casse, les points de chaque côté tiendront le temps de procéder à une réparation. Pour découdre ces points, le seul moyen est de passer une lame tranchante entre les deux épaisseur de cuir. Il est bien plus résistant que n'importe quelle couture faite à la machine, le point faible face à la modernité est que la cadence est bien moindre : 20 à 30 points à la minute, soit environ 40 cm à 60 cm à l'heure, suivant la nature du cuir...


Nous réalisons entièrement toutes les coutures de nos productions à la main, souvent avec ce point sellier. Ce qui garantit la solidité des coutures et donc la durée de vie des objets.

Repost 0
Published by Stéphane Bois et Anne Deré - dans Travail du cuir et techniques
commenter cet article
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 19:04

 

La première machine à coudre fût construite en 1830 par le français Thimonier, rudimentaire, elle était faite principalement de bois. Cette première machine imposante cousait selon le point de chaînette (voir fig A). Le point se fait d'un seul fil, ce qui a l'inconvénient d'être très fragile. On trouve encore ce point pour fermer certains sacs contenant des produits alimentaires, il a la particularité de se défaire très facilement si l'on tire le bon côté du fil.

                

 

Aux U.S.A, cet appareil fût ammélioré par Walter Hunt en 1834. On obtenais avec cette machine, le point de navette à deux fils (voir fig B).

Ce mécanisme fût perfectionné pas Elias Howe qui déposat le brevet. La machine à coudre subit encore d'autres évolutions, Singer en particulier, la perfectionna et la démocratisa.

Les machines modernes pour le cuir, à crochet rotatif, cousent à une cadence de 4500 points à la minute. Le point obtenu par ces machines est le point de navette, deux fils différents sont nécéssaires à cette couture, le fil du dessus (fil de la bobine) est toujours au dessus, celui de la canette est toujours dessous. Les fils forment une boucle au milieu de la matière à coudre, un bon réglage est nécessaire pour gérer les tensions sur les fils. Si on aperçoit la boucle, c'est que les réglages sont à corriger, cela entraine une grande fragilité de la couture.

Découdre ce point est très facile, il suffit de tirer sur le fil du dessous et les boucles sont défaites sur toute la longueur de la couture. C'est aussi ce qui arrive si un fil casse par usure : toute la couture risque de se défaire rapidement.

 

 

           dessin_machine_coudre.jpg


Ci dessus, une machine à coudre de cordonnier est schématisée, l'entraînement se fait grâce à la courroie à droite, une pédale placée près du pied sert à actionner le moteur. Le volant permet d'amorcer à la main le mouvenent de la barre porte-aiguille. Pour faciliter le travail, le long bras permet de coudre dans les endroits inaccessibles, comme l'intérieur d'une chaussure.

Le fil de la bobine est placé comme ci-dessous, le disque de compensation régule la tension sur le fil, un serrage correct est indispensable pour avoir un point bien formé.


          

 

Le fil de la canette lui, suit un autre chemin...


Par un ingénieux mécanisme, le pied de biche effectue un mouvement "circulaire", il permet de faire avancer le cuir pour faciliter la couture (voir fig C). Dans ce cas, on parlera d'une machine à simple entraînement. Pour les cuirs épais, il existe des machines à coudre munies d'un double ou même triple entraînement. Afin de produire des points réguliers, une griffe accroche le cuir par en dessous au niveau de la navette. Un double entraînement est expliqué dans la figure E.

Nous allons voir maintenant le rôle de l'aiguille, du levier tendeur et du crochet rotatif lors de la couture.


 

1_  L'aiguille a traversé les cuirs en tirant le fil qui est logé dans la rainure.

2_ L'aiguille remonte, le fil est coincé du côté où la rainure est courte pour former une boucle.
3_ Le crochet rotatif s'engage dans la boucle, le fil glisse dans la grande rainure de l'aiguille.

 

 

4_ En tournant sur lui même, le crochet fait passer le fil autour de la navette.

5_ Le crochet a laché la boucle qui entoure maintenant le fil de canette. Il commence un autre tour pour prendre la boucle suivante. L'aiguille remonte, le tendeur remonte brusquement pour serrer le point.

6_ Le tendeur tire sur le fil d'aiguille, ce qui entraîne le fil de canette dans l'épaisseur des cuirs. Les griffes montent et vont entrainer le travail de la longueur d'un point. Le crochet continue sa rotation, l'aiguille va redescendre, les griffes aussi, même procédé pour le point suivant.

 

Il existe un autre type de crochet, le crochet alternatif  fait neuf dixièmes de tour et revient en arrière au point de départ.


Cet article est utile pour comprendre la différence entre la couture du cuir à la main et à la machine.

J'ai quelques notions de couture du cuir à la machine que j'ai pu apprendre dans le cadre de mon C.A.P.

Pourtant, je ne possède pas de machine à coudre le cuir car je préfère, de loin, coudre à la main. Je ne pourrai donc pas répondre à vos questions sur ce sujet car tout ce que je sais à ce sujet est recensé ci-dessus.

Si vous avez des questions sur le fonctionnement d'une machine à coudre, vous pouvez tout de même les poster, un lecteur de ce blog pourra peut être vous répondre...

 

 

 

Repost 0
Published by Stéphane Bois et Anne Deré - dans Travail du cuir et techniques
commenter cet article

Présentation

  • : ORCHIS : Organisation de recherche culturelle historique et d'information scientifique
  • ORCHIS : Organisation de recherche culturelle historique et d'information scientifique
  • : Présente les activités de recherche et de reconstitution de l'association ORCHIS. Travail du cuir, coutures du cuir au moyen age, tannage expérimental ; forge, travail du metal ; production de feu avec un briquet à friction, un briquet medieval à silex, briquet forgé, briquets à amadou...
  • Contact